jeudi 24 janvier 2013

Sustaining Cultural Development (with a presentation of the second book of the GRMP)

Sustaining Cultural Development

Unified Systems and New Governance in Cultural Life

Edited by Biljana Mickov and James Doyle

In Sustaining Cultural Development, Biljana Mickov and James Doyle argue that effective programmes to promote greater participation in cultural life require substantial investment in research and strategic planning. Using studies from contributors from cities throughout Europe, they look at ways to promote cultural life as the centre of the broader sustainable development of society. These studies illustrate how combining cultural identity, cultural diversity and creativity with increased participation of citizens in cultural life improves harmonized cultural development and promotes democracy. They indicate a shift from traditional governance of the cultural sector to a new, more horizontal, approach that links cultural workers at different levels in different sectors and different locations.

This book will stimulate debate amongst cultural leaders, city managers and other policy makers, as well as serving as a resource for researchers and those teaching and learning on a range of post-graduate courses and programmes.

Contents: Introduction, Biljana Mickov;
How we value arts and culture, John Holden;
Barcelona’s cultural policies behind the scenes: new context, renewed strategies, Esteve Caramés;
Agenda 21 for Culture, Jordi Pascual;
If Agenda 21 for Culture is the answer, what was the question?, Jordi Martí Grau and Carles Giner Camprubi;
Cultural policies, human development and institutional innovation: or why we need Agenda 21 for Culture, Jordi Pascual;
The city of 2030, United Cities and Local Government (UCLG); Luxembourg and the great region: a cultural challenge, Luc Braconnier;
The city of Bologna - a city of culture, Mauro Felicori;
The possibilities of cultural policies, Jim Doyle;
Cork, culture and identity - a city finding its voice, Leslie Ryan;
To experience and create, Nina Gran;
Design: from making things to designing the future, Ekaterina Khramkova;
City museum and urban development, Blaž Peršin;
Museums and globalisation, Fabrice Thuriot;
New challenges for museum exhibitions, Jean-Michel Tobelem;
The visitor appears, Jonathan Goodacre;
Art, education and the role of the cultural institution, Mick Wilson;
Art education practice, Biljana Mickov;
Marketing cultural services for the public sector, Maarit Keto-Seppälä;
Creative industries, Davor Buinjac;
Measure for measure, Jonathan Goodacre;
Eindhoven - a city as a laboratory, Cees Donkers;
Afterword, Biljana Mickov;
Resources and bibliography; Index.

About the Editor: Biljana Mickov researches cultural policy development, in co-operation with local authorities. She is the editor of New Thought, a bilingual magazine published in Serbia focusing on contemporary culture and is engaged in projects for the Museum of Contemporary Art and Institute for Culture in Novi Sad, Serbia, as well as internationally, in collaboration with European colleagues. Mickov has a degree in geography from the University of Novi Sad and a European Diploma in Cultural Project Management.

James Doyle is a cultural manager, a practising artist and an Arts Officer for Dublin City Council. He launched the research website European Public Art Network, which features topical public art issues from around the world and he is a co-producer of d.ploy, an organization undertaking projects focussed at the intersection between creative and cultural industries and economic regeneration. He also ran an independent event management company and was a national representative for events Industry Training in the UK. Amongst other qualifications Jim has a degree in fine art, diplomas in cultural management, physics and chemistry.

Extracts from this title are available to view:
Full contents list, List of figures
About the editors and contributors
Chapter 5 - Cultural policies, human development and Institutional Innovation   Website price: £54.00 (Regular price: £60.00)   Imprint: Gower
Illustrations: Includes 25 b&w illustrations
Published: January 2013
Format: 244 x 172 mm
Extent: 274 pages
Binding: Hardback
Other editions: ebook ePUB, ebook PDF
ISBN: 978-1-4094-5396-3
ISBN Short: 9781409453963
BL Reference: 700.6'8-dc23
LoC Control No: 2012029735

samedi 5 février 2011

Le GRMP au Café LIPP le 21 janvier 2011

La présentation du Groupe de recherches sur les Musées et le Patrimoine a réuni une vingtaine de personnes vendredi 21 janvier au matin autour d'un café, avant la reprise du colloque sur les Musées et le tourisme organisé par Paris 1 sous l'égide de l'UNESCO (photos ci-après).
4 nouveaux membres des universités de Cergy et de Toulouse, de la ville de Mons et d'un réseau anglais ont déjà rejoint le groupe. Le projet de 3e ouvrage collectif sur les réseaux muséaux, patrioniaux et culturels s'enrichira donc peut-être de nouvelles propositions de contributions ou d'associations à des propositions existantes. Une information prochaine suivra.

mercredi 8 décembre 2010

Nouveaux Musées, Nouvelles ères urbaines, Nouvelles mobilités touristiques

Le GRMP participera au colloque international :

Nouveaux Musées, Nouvelles ères urbaines, Nouvelles mobilités touristiques
New Museums, New urban eras, New tourism mobilities

20 et 21 Janvier 2011/ January 20th to 21st 2011

Lieu / Venue : Société de Géographie
184, boulevard Saint-Germain – 75006 - Paris

Organisation / Organizers : EIREST (Equipe Interdisciplinaire de REcherche Sur le Tourisme),
Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne Chaire UNESCO « Culture, Tourisme, Développement »

sous trois formes :

≪ une participation au Comité scientifique de Anne Hertzog, Fabrice Thuriot et Jean-Michel Tobelem, membres du GRMP,

≪ UN CAFE-MUSEES, Brasserie LIPP, organisation Anne Hertzog et Fabrice Thuriot, pour présenter le groupe de recherche, ses publications et son nouveau projet sur les réseaux ;

≪ des communications et des présidences de séance par plusieurs membres du groupe.

samedi 19 décembre 2009

Heritage and globalization

Heritage and globalization - Group of Research on Museums and Patrimony (GRMP) presented at the 3rd International ACME (Arts Culture & Management in Europe) Workshop "Creative Regions 1: Heritage, Creation & Tourism", organized by Anne GOMBAULT, 17-18 dec. 2009, BEM-Bordeaux Management School
by Fabrice THURIOT, co-coordinator of the book with Genevieve VIDAL and with the collaboration of Mathilde GAUTIER, Anne HERTZOG and Frederic POULARD, L'Harmattan, Collection « Administration et aménagement du territoire », 2008, ISBN : 978-2-296-05650-3 • 26 € • 290 pages (in french).

The Group of Research on Museums and Patrimony (GRMP)
•Interdisciplinary and international network founded in 1994 by Jean-Michel Tobelem with about 40 young researchers and professionals in order to discuss informally their works for their Ph.D.
•First collective book : Politics and Museums, L’Harmattan, 2002.
•Second collective book : Heritage and globalization, L’Harmattan, 2008.
•Third project : a seminar and a collective book on the topic of the networks in the fields of museums, heritage and cultural policies. (first website, not up'dated) (up'dated blog).

The issue
•The project was to show the complexity of the process, not only made of standardization from the western countries, especially the US, to the other ones in the fields of museums and heritage, but also by local adaptations, hybridations and specificities.
•This process is also much more than only commercial and deals with politics, religion, society, values and symbols of the people.
•Some objects, traditions or ideas come from a specific place but are spread around the world by the western countries as their were theirs.
•This process is not new but is wider now with the internationalization of the all world and Internet.

Cultural goods and exchanges
•The preface of the ethnologist Jean-Pierre Warnier tends to point out how cultural goods, which express the characteristics of the people in their family, community or nation, have always been put in tension with the commercial exchanges but the rules were before internal to the partners or imposed by the enemies locally.
•The changes are in the scale and the timing: the entire world can say which and when a cultural good is or has to be protected, shown, visited, lent, rent, sold or even destroyed or rebuilt. The definitions are global but the people resist more or less to this process.
•Is universalism of the dominants versus relativism of the dominated still the rule or universalism of all of the relativisms against the others because of the multiplication of the stakeholders?...

I- More and more internationalization
•The Empires are old with always the same process to conquer and to leave traces.
•Once there are over, other people try to take possession of them. That’s what happen in a way to the egyptian objects but the monuments are not to move and the egyptian museums are egyptian projects and not western ones. Finally, Egypt colonize the world as much as or even more than the opposite.
•The modernization of the french museums has come in a part from the US by the french State since the 50’s with commercial and pedagogical methods for the tourists and the pupils, but the local authorities adapt the new model to their territory with the help of the State.

International and national standards and local applications
•ICOM and ICOMOS are two NGO’s linked to UNESCO respectively for museums and monuments and sites. The first one tends to be more relativist than the other which defends the universalist principles in the way it spread preservation models.
•The States have their own rules but are pushed at the same time by their territories and the global system. However, they remain the references for the application of the national and the international rules, even in a part for the framework of local rules in respect to national ones.
•Local sites and authorities adopted some global methods, especially for communication and events, with sometimes some public-private partnerships.

European influence
•The Council of Europe has been promoted some good practices of integrated preservation at the same time of Unesco with the worldwide heritage of humanity since the 70’s.
•From the 90’s the EU is supporting some heritage projects in the countries or transnationally.
•But EU organizes competition between the projects which have to convince nationally before, such as for the worldwide heritage list.
•The case of Vauban citadels in the north of France, Belgium and Netherlands was finally not chosen for the list of worldwide heritage in spite of all the efforts to fit in the application.

II- Globalization of strategies and practices : competition and co-operation towards uniformization?
•Big museums are duplicating themselves around the world, outside and/or in their own country, with some adaptations however: cf. Guggenheim, The Ermitage, The Louvre, Beaubourg…
•Museums and monuments superstars, such as «blockbusters» exhibitions, pull up the audience thanks to their reputation as much as or more than their content or their commercial strategy (ie the Guggenheims which gather at once emblematic monuments, museums and exhibitions).
•Their name has become a brand all around the world.
•Shops are no more only limited to the visited place but also on other ones. They became an important point of the sites, sometimes autonomous such as the restaurants.

New uses worldwide
•The web is a US technology with the predominancy of the english language but it allows also all the particularisms to express themselves. It is checked for the museums websites or for the same topics, which are promoted from different points of view, collective or individual.
•The digitalization of datas on memories, history, heritage is a new way to share values and perhaps to create «heritage communities» (cf. the Faro convention of the Council of Europe on the value of cultural heritage to the society, 2005) around the world related to cultural diversity.

A question not to conclude:
« diversity in worldwide uniformity » on the opposite of EU: « unity in diversity »?

vendredi 18 septembre 2009

Blog de Jean-Michel Tobelem, Option Culture

Blog de Jean-Michel Tobelem, fondateur du GRMP, directeur de l'Institut d'études et de recherches Option Culture :

dimanche 12 juillet 2009

Note d’intention pour un prochain (3e) ouvrage du GRMP

Note d’intention pour un prochain (3e) ouvrage du GRMP sur le thème des réseaux.

Echanges et circulations.
Contribution à l’étude des réseaux institutionnels et informels
dans le champ du patrimoine et de la culture

Premier axe de réflexion : le réseau, lieu commun à déconstruire

En dépit de sa complexité, le réseau est devenu un lieu commun dans le champ des politiques culturelles et patrimoniales. Tant au niveau des discours que dans certaines représentations, la « mise en réseau » semble être devenue un impératif, gage d’efficacité, de cohésion ou de solidarité dans la mise en œuvre des politiques patrimoniales et culturelles. La « mise en réseau » est ainsi fréquemment invoquée comme gage de « bonne pratique » voire de « bonne gouvernance » par les acteurs institutionnels. La « nécessité » du réseau est également convoquée par d’autres types d’acteurs pour répondre aux nombreux défis de la mise en œuvre des actions culturelles et, sans doute, à un certains nombre de mutations contemporaines (sociales, territoriales mais aussi économiques…).

Comment la notion s’est-elle imposée dans les discours et les politiques culturelles ? La banalisation du terme renvoie-t-elle à une évolution réelle des pratiques et des impératifs dans le domaine de la culture ou procède-t-elle d’une instrumentalisation de la notion ? N’y a-t-il pas nécessité de déconstruire la notion et ses usages sociaux contemporains afin de cerner les valeurs ou les enjeux qui leurs sont éventuellement attachés ? La mise en réseau est-elle un outil ou bien une fin en soi (valeur performative) ? A quelles acceptions de la notion de réseau, différemment théorisé en sciences sociales, renvoient ces usages ?

Second axe de réflexion : fonctionnement, finalités, temporalités des réseaux

Le réseau suppose un ensemble d’acteurs, mais également des échanges et de la circulation.

Diversité des réseaux : thématiques (réseaux des arts de la scène), territoriaux, institutionnels… à divers niveaux d’échelles => privilégier les approches comparatistes. Chaque étude de réseau devrait s’accompagner d’une réflexion théorique liée à l’étude de cas sur, par exemple, les enjeux, les limites de la mise en réseau, les types de finalités, l’efficacité des réseaux…
Le travail sur la différenciation entre partenariats et constitution de véritables réseaux semble indispensable. Certains acteurs sont partenaires sans pour autant fonctionner en réseau.
Mettre en valeur des types ou des « modèles » de réseaux ?

Réseaux et jeux d’acteurs : tenter de différencier les réseaux institutionnels des réseaux informels (comment définir l’informel ?) : comment s’articulent-ils ? Comment se manifestent les rapports de domination, de marginalisation ou d’intégration au sein des réseaux ?
Pourquoi certains réseaux ne fonctionnent ils pas (nombreux exemples dans le domaine du patrimoine…) ? Extension et complexité croissante des réseaux (au sein de la ville par ex.). Les institutions et acteurs appartiennent à des réseaux multiples. Prendre en compte la concurrence des réseaux.

La constitution d’un réseau repose sur des acteurs, lesquels établissent des échanges dont il faut tenter de cerner la nature : s’agit-il de biens, d’objets, d’argent ? D’idées ou d’informations ? Selon quelles modalités ?
Des contributions pourraient donc s’attacher aux contenus des échanges en travaillant plus précisément la notion de circulation.

Mise en réseau et stratégie des acteurs : finalités multiples des réseaux : vouloir mettre en ordre et manifester une forme de contrôle social => imposition de normes et volonté d’homogénéisation de pratiques (nombreux exemples dans les musées), ce qui suppose une hiérarchisation forte à l’intérieur même des réseaux ; faire émerger un territoire à une nouvelle échelle (réseaux transfrontaliers par exemple) ; faire du lobbying ; « en être ou pas » : stratégie d’appartenance (labellisations multiples…) ou enjeu de reconnaissance et d’affirmation d’une légitimité.

Cerner les finalités multiples, cela conduit à interroger les incidences (ou les effets) de ces mises en réseau, l’efficacité des réseaux. Les réseaux ont-ils des effets structurants réels ? Comment les évaluer ? Il s’agit aussi d’évaluer la capacité des réseaux à influencer ou orienter : par exemple comment un réseau comme Culture Action Europe peut-il arriver à influencer les politiques culturelles européennes ?…

Temporalités des réseaux : se pose également la question de la genèse, de la pérennité ou de la durabilité des réseaux ; en effet, il semble que nombre de réseaux soient des réseaux temporaires, non pérennes : créer un réseau, c’est aussi créer un espace d’échanges temporaires guidés par les intérêts du moment. Ces mises en réseau non pérennes traduisent-elles une nouvelle conception de l’action culturelle ?

Troisième axe de réflexion : enjeux contemporains

Montrer enfin que la mise en réseau n’est évidemment pas chose nouvelle, mais qu’il existe peut-être de nouvelles formes ou modalités de mise en réseau liées à un certain nombre de mutations contemporaines ? Autrement dit, étudier la mise en réseau comme forme d’adaptation à de nouveaux contextes, censée susciter de nouvelles dynamiques.
- Emergence de réseaux transnationaux liés à la mondialisation ? de manière plus générale, approfondir la question du transnational.
- Emergence de nouvelles échelles des réseaux liés par exemple aux transferts de certaines compétences ou aux recompositions territoriales ? Aborder la question des réseaux européens entre émergence et consolidation (à mon avis indispensable pour un ouvrage actualisé sur les réseaux)
- Nouveaux impératifs sociaux et construction de nouveaux réseaux dans le domaine de la culture et du patrimoine : nécessité d’intégrer des populations en marge, des minorités… tenir compte des réseaux communautaires par exemple ?
- Emergence de l’articulation de réseaux qui auparavant n’étaient pas forcément articulés : publics/privés… par ex. pour le mécénat ?
- Caractère de plus en plus flexible et non pérenne des mises en réseaux selon des objectifs particuliers ? Certains réseaux permanents sont-ils de ce fait vidés de leur sens ou ont-ils une autre finalité ?
- Numérisation et émergence de nouveaux réseaux (portails, mutualisation) ?

Proposition de méthode de travail et calendrier prévisionnel :

Juillet-août 2009
Echanges sur le blog pour enrichir la réflexion sur la problématique de l’ouvrage entre tous les membres de la liste de diffusion
Sept 2009
Réunion du samedi 26/09 de 10h à 13h aux Musées des Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris T. : +33 (0)1 44 55 57 50
Fixation des orientations définitives lors de la réunion de travail par les chercheurs présents ; organisation du comité éditorial.
Donner des lignes claires dans lesquelles les auteurs devront s’inscrire => finalisation d’une note d’intention.
Sept.-déc. 2009
Fixation du nombre des contributeurs et du contenu des thématiques.
Date butoir à fixer.
Soumission par les auteurs de propositions de contributions qui devront être amendées par le comité éditorial à partir de critères d’évaluation (exemple : inscription dans une cohérence d’ensemble, dimension théorique, actualité de la question ou du cas choisi….). Elaboration du plan de l’ouvrage.
Printemps/été-début de l’automne 2010
Processus d’écriture à plusieurs mains (2 à 3 contributeurs par article, en majorité du GRMP actuel mais éventuellement avec d’autres universitaires ou professionnels).
Automne 2010
Rendu des textes 1ère version par leurs auteurs – double relecture par un comité élargi.
Décembre 2010
Séminaire de travail collectif ouvert, avant finalisation des articles.
Printemps 2011
Communication des textes finalisés à l’éditeur (L’Harmattan, dont la même collection Administration et aménagement du territoire que Patrimoine et mondialisation est partante pour l'accueillir) après corrections apportées par les auteurs et rédaction de l’intro et de la préface.
Automne 2011
Communication sur l’ouvrage ; organisation d’une rencontre-débat avec des invités.

Anne Hertzog, 9 juillet 2009.
Compléments dans le calendrier ci-dessus par Fabrice Thuriot, 12 juillet 2009.

jeudi 23 avril 2009

Colloque international «Musées en mutation… Un espace public à revisiter ? »

Colloque international «Musées en mutation… Un espace public à revisiter ? »
Les 4 et 5 juin 2009 à Toulouse, Université des Sciences Sociales
Organisé par L’Institut du Droit, de l’Espace, des Territoires et des Communications (IDETCOM), ce colloque réunira une communauté internationale de spécialistes en la matière.
Les musées sont confrontés aujourd’hui à des interrogations, voire des mutations majeures concernant leurs modes de gestion, leur statut, leur insertion territoriale, leur relation au public, leurs dispositifs de médiation et de valorisation.
A l’heure des processus conjoints de la mondialisation et de la décentralisation, les musées constituent un enjeu culturel majeur. Placés au coeur des développements des territoires et fers de lance de l’économie de l’immatériel, ces institutions sont remises en cause dans leur statut, leurs modes de gestion, leur définition même. Ces mutations sont-elles de nature à opérer une rupture épistémologique dans la définition même du musée ?
Le présent colloque a pour ambition de faire le point sur cette évolution plurielle. L’ensemble des acteurs institutionnels, professionnels et universitaires venant de France et de nombreux pays étrangers débattront des différents enjeux qui seront abordés selon une approche pluridisciplinaire. Des juristes, des sociologues, des historiens, des chercheurs en sciences de l’information et de la communication, des gestionnaires internationaux, analyseront les évolutions selon plusieurs axes :
Axe 1 : Vers une redéfinition des musées ?
Axe 2 : Musées et territoire
Axe 3 : Quelle gestion pour quel musée ?
Axe 4 : Des interrogations juridiques
Axe 5 : Des dispositifs de médiation
Renseignements complémentaires sur le site :
Contact presse : Martine Corral-Regourd